Qu’est-ce que le logiciel Syslat-Terminal ?

Sommaire

Syslat-Terminal est un logiciel d’enregistrement, de gestion et d’exploitation des données de fouilles. Il correspond à la dernière version du logiciel Syslat, développé depuis les années 1980 par plusieurs chercheurs de l’UMR 5140 – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes. Il a connu depuis cette date plusieurs évolutions ; actuellement intégré au programme Horizon 2020, dont il constitue le support premier, il doit évoluer vers un Système d’Information Archéologique complet intégrant les outils nécessaires à l’enregistrement et l’étude de tous les types de fouilles (programmées comme préventives), de sites et de vestiges immobiliers et mobiliers. Aussi, l’outil qu’il représente est associé à plusieurs programmes, dont la mise en place de modules de travail indépendants et l’intégration de dictionnaires typologiques.

La multitude des données produites lors d’une fouille, aussi variées soient-elles, est ainsi rassemblée sur une base de travail unique. De ce fait, la gestion ainsi que le dialogue entre les archéologues de terrain et les spécialistes sur les études de mobiliers est facilité ; par son aspect « multi-utilisateurs », le logiciel Syslat-Terminal permet en effet un partage de la documentation numérique et des informations saisies entre un nombre illimité de collaborateurs. Toutes les informations saisies sont de plus immédiatement consultables sur internet, depuis n’importe quel navigateur, via l’application iSyslat, outil de gestion complémentaire au logiciel Syslat-Terminal. Le logiciel fonctionnant sous le Système de Gestion de Bases de Données MySQL™, il peut être implanté, selon les besoins et contraintes des utilisateurs, soit sur un serveur distant (par Internet), soit sur un serveur local (par Intranet), voire à partir d’un ordinateur.

Ces dernières années, avec la multiplication des opérations en archéologie, l’aspect de normalisation qu’implique l’utilisation d’un tel logiciel lors de la saisie des données apparaît d’autant plus crucial qu’il permet de combattre le risque d’éclatement et de perte des informations recueillies sur les chantiers. Aujourd’hui, Syslat-Terminal est utilisé par plusieurs centaines d’opérateurs en Archéologie, en France comme à l’étranger.

Le logiciel fait l’objet de mises à jour et d’actualisations régulières afin de permettre une amélioration et une adaptation constantes par rapport aux avancées en matière de procédures d’enregistrement et d’exploitation des données de fouilles ; en cela, Syslat-Terminal constitue aussi un outil évolutif.

En résumé, Syslat-Terminal c’est donc :

  • une base dédiée à l’enregistrement des données de terrain sur des fichiers adaptés,
  • un logiciel de gestion de la documentation graphique, aussi diverse soit-elle (plans, photographies, dessins,…),
  • un ensemble de modules développés afin de permettre un enregistrement adapté à chaque type de mobiliers et une exploitation la plus efficace possible,
  • un accès direct aux dictionnaires de référence dédiés aux études de mobiliers,
  • et un outil de gestion et d’édition de données graphiques ou textuelles.

Interface d’accueil du logiciel Syslat-Terminal

Les données de terrain

L’enregistrement des données de terrain est réalisé à travers différents fichiers liés aussi bien à la gestion des données spatiales qu’à celle des contextes et relations stratigraphiques.

La gestion des données spatiales est réalisée à partir des fichiers de « Site » et de « Zone ». Ils permettent pour l’un de décrire le site dans sa dimension spatiale et d’en préciser le cadre topographique, et pour le second de définir des zones d’études plus restreintes sur le terrain. La notion de zone constitue alors le premier niveau de subdivision de l’espace représenté par le site, à l’intérieur de laquelle pourra être inséré le secteur, correspondant donc à un second niveau de subdivision.

La gestion des contextes et relations stratigraphiques est assurée à partir des quatre fichiers suivants : « Us », « Fait », « Ensemble » et « Entité ». Avec la notion d’Unité Stratigraphique, au centre des préoccupations du fouilleur, il ne s’agit plus de travailler sur l’espace, mais de maîtriser la notion de temps, qui se matérialise dans sa dimension verticale. Dans son principe, Syslat-Terminal reprend la méthode Harris en proposant de répartir les Us en trois catégories : les Us positives (sédimentation anthropique ou naturelle), les Us négatives (profil, section ou surface liés à une activité humaine ou naturelle) et les Us construites, auxquelles s’ajoutent les Us techniques. Le fichier « Us » a été pensé dans l’optique de permettre un enregistrement guidé visant à accélérer et normaliser la description des Us, à apporter des précisions sur les composantes de lieu et d’unité de temps, en intégrant notamment un signalement des relations stratigraphiques. Au-delà, la notion de Fait permet un enregistrement et une description d’une structure (par exemple, un mur, une sépulture, un silo, une fosse, un foyer…), composée d’un regroupement de plusieurs Us, et constitue un premier niveau de synthèse des données de terrain. Pour aller plus loin dans la réflexion, les notions d’Ensemble et d’Entité ont été intégrées au logiciel. L’Ensemble fonctionnel est défini par le rassemblement de plusieurs faits et Us n’appartenant pas à des faits (par exemple, une maison, une place, un système fossoyé, un atelier, une voie…) ; il offre un niveau d’analyse concrétisé par une compréhension suffisamment avancée des structures découvertes sur un secteur et pouvant fonctionner de concert. Enfin, l’Entité correspond à une notion très générale permettant de gérer des ensembles, faits et Us de manière globale.

Les mobiliers archéologiques

Le logiciel Syslat-Terminal intègre également une série de modules dédiés à la gestion et l’exploitation des différents mobiliers archéologiques, aussi variés soient-ils. La mise en place de tels modules permet ainsi de tenir compte des spécificités d’enregistrements et de traitements inhérents à chaque type de mobiliers. La fiche MOBI, permet avant toute chose de synthétiser et d’inventorier sur une même fiche l’ensemble des mobiliers d’une US, tout en en précisant leur localisation physique.

Actuellement, les modules déjà existants sont les suivants :

  • le module MON destiné à l’enregistrement et la description des monnaies (enregistrement par individu),
  • les modules CER et TYPOCER dédiés, d’une part, à l’inventaire et au comptage des céramiques et, d’autre part, aux spécifications typologiques pour la protohistoire et la période romaine en l’état actuel du programme,
  • le module OBJ pour l’enregistrement et la description des objets non céramiques (enregistrement par individu), en dehors des monnaies,
  • le module CARPO pour l’étude des graines,
  • les modules OS et FAUNE concernant l’archéozoologie,
  • et enfin le module PRL qui permet aux spécialistes de disposer d’un outil de gestion des prélèvements environnementaux.

Plusieurs outils sont aujourd’hui en cours de développement, dont le module dédié à l’archéologie funéraire et l’anthropologie biologique ou celui destiné à l’archéologie du bâti.

La gestion de la documentation

Le logiciel Syslat-Terminal implique également des modules de gestion de la documentation graphique (plan, coupe stratigraphique, élévation), de la documentation photographique (fichier « Photo ») ou encore des dessins d’objets.

Liens internet :