Présentation du programme SIA – Syslat Horizon 2020

Le programme « SIA – Syslat Horizon 2020 » forme l’un des deux pôles technologiques du Labex ARCHIMEDE (Laboratoire d’Excellence, ANR-11-LABX-0032-01, 2012-2019), porté par l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3, et plus particulièrement l’UMR 5140 – ASM « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes ». Il est coordonné depuis juillet 2016 par Réjane Roure (MCF, Université Paul-Valéry – Montpellier 3, UMR 5140-ASM), à la suite d’Eric Gailledrat (DR, CNRS, UMR 5140 – ASM).

Ce programme technologique et scientifique s’attache à la pérennisation et au développement du logiciel Syslat-Terminal. Il permettra d’intégrer, à travers son évolution en Système d’Information Archéologique (SIA), les dernières avancées en matière de procédures d’enregistrement et d’exploitation des données, tout en poursuivant l’effort actuel de normalisation et de création de référentiels liés aux différents dictionnaires attenants au logiciel.

Les diverses évolutions du logiciel, depuis Syslat 3.1 jusqu’à Syslat-Terminal, ont permis de relever, dès les années 1980, l’un des principaux défis posé par le développement de l’archéologie : celui de la gestion et de la normalisation de l’enregistrement des données de fouilles, dans toute leur diversité et leur complexité, grâce à l’usage des nouveaux outils informatiques. Au départ adaptation de la méthode Harris, Syslat et les dictionnaires qui lui ont été associés, en particulier le Dicocer pour les mobiliers céramiques, sont rapidement devenus à leur tour des outils de référence.
Aujourd’hui, ce programme doit être développé, jusqu’à devenir un véritable Système d’Information Archéologique (SIA), utilisable pour tout type de fouilles et de vestiges, quelle que soit la période (de la Préhistoire à nos jours pour faire face au développement de l’archéologie moderne et contemporaine) et l’espace géographique retenu.
La diversité accrue des opérateurs en archéologie rend le besoin d’un enregistrement homogénéisé encore plus crucial, afin de combattre le risque d’éclatement, donc de perte, des informations recueillies sur les chantiers. Parallèlement, il faut encore améliorer les moyens permettant de réduire le temps de saisie des données et de faciliter leur interprétation (statistiques, synthèses, graphiques, diagrammes, phasages…) ; avec toujours pour objectif final de rendre aussi rapide que possible la publication des données de fouille.

Sont en outre associés plusieurs projets de dictionnaires et catalogues de collection en ligne qui formeront un lien scientifique supplémentaire entre les différentes équipes : Dicocer (Dictionnaire des céramiques anciennes), Dicobj (Dictionnaire des mobiliers non céramiques), Dicomon (Dictionnaire des monnaies anciennes), Dicoverre (Dictionnaire des objets en verre anciens), Pégase (corpus de référence de la faune)… L’objectif affiché est d’étendre le champ d’application des dictionnaires existants, tant sur le plan chronologique (en incluant la Préhistoire récente) que géographique (en débordant du cadre du Midi méditerranéen), afin de favoriser la diffusion de Syslat-Terminal au-delà des limites actuelles.

Dans le cadre du projet Labex, le programme SIA – Syslat Horizon 2020 comprend donc plusieurs volets :

  • la mise en place d’une application web collaborative ;
  • la normalisation des informations de géolocalisation permettant de travailler avec les outils SIG classiques ;
  • l’extension à des domaines d’étude par la création de modules spécifiques pour l’ichtyologie, le mobilier lithique, la géo-archéologie, les restes humains, l’archéologie du bâti et la sculpture ;
  • l’actualisation et l’enrichissement des dictionnaires déjà existants, notamment le Dicocer, et la création de nouveaux référentiels.

 

Retrouvez l’actualité du programme dans les lettres d’informations