De Syslat au SIA – Historique du projet

Sommaire

Les prémices du projet Syslat remontent aux années 1980. Le système élaboré a connu depuis sa création des évolutions constantes jusqu’à l’élaboration du logiciel Syslat-Terminal. Aujourd’hui, dans le cadre du programme technologique « SIA – Horizon 2020 », les développements mis en place visent à la pérennisation et à l’actualisation globale du logiciel tel qu’il existe dans sa forme actuelle.

De la naissance d’un logiciel à l’élaboration d’un Système d’Information Archéologique

Le projet Syslat est né dans les années 1980 sur le gisement de Lattara (Lattes, Hérault). En 1983, l’ouverture, à la demande du Ministère de la Culture, de la fouille programmée du site protohistorique et gallo-romain entraîne la mise en place d’une vaste réflexion sur les procédures d’enregistrement des données de terrain et le développement de méthodologies adaptées à la fouille extensive d’habitats. Dans ce cadre, le site de Lattes devient alors un véritable « laboratoire d’expérimentation ».

Le programme d’enregistrement et d’exploitation des données de fouilles est donc lancé en 1984 par l’équipe de Lattes, pilotée par Michel Py, concepteur du projet. La première version du système est alors influencée par les modèles anglo-saxons et la méthode Harris établis dans les années 1960-1970 sur les fouilles urbaines. Elle est également inspirée des procédures définies localement par les chercheurs travaillant sur les habitats du Midi méditerranéen (sites de Nages, Ambrussum, Vié-Cioutat, Mont-Garou…) et développant à cette époque les principes stratigraphiques de Lamboglia. Les procédures construites combinent alors aux données de terrain (enregistrement spatial, stratigraphique et graphique) une approche quantitative de l’enregistrement du mobilier. Cette première version donne lieu, après deux années d’expérimentation, à une publication collective intitulée Enregistrer la fouille archéologique. Le système élaboré pour le site de Lattes (Hérault) (Bats et al. 1986).

Suite à ce premier opus, le projet connaît de multiples évolutions. En 1988, il est inscrit dans le cadre d’une Action Thématique Programmée, d’une durée de trois années, lancée par le Ministère de la Culture et intitulée « Archéologie métropolitaine – Archives de fouilles » ; parmi les vingt projets déposés, huit sont retenus dont le programme lattois qui constitue le seul encore pérennisé à l’heure actuelle. Le programme est alors doté d’importants moyens financiers qui permettent notamment la constitution d’un « parc informatique » au sein du Centre Archéologique de Lattes. Au-delà de la réflexion sur l’enregistrement de terrain, le logiciel intègre dès cette date un système de gestion des données environnementales, mobilières, graphiques… La publication en 1991 dans la série monographique des Lattara intitulée Système d’enregistrement, de gestion et d’exploitation de la documentation issue des fouilles de Lattes (Py et al. 1991) représente une sorte de « rapport public » dans lequel les résultats de l’ATP sont exposés ; cet ouvrage fait état des mises à jour des procédures d’enregistrement réalisées depuis la première publication, des implications de leur gestion informatisée et des méthodes de gestion et d’exploitation des données en vue de leur publication. C’est également à cette période que le système développé est baptisé Syslat.

Interface d’accueil de l’une des premières versions du programme Syslat (fin des années 1980-début des années 1990)

La fin de l’ATP ne marque pas la fin du programme. De nouveaux partenaires, français et étrangers –d’Espagne, de Grèce et d’Italie notamment–, sont intégrés au projet et une convention est passée avec plusieurs équipes de l’AFAN, puis de l’INRAP. Cet accord se matérialise alors par la mise en place d’une commission de réflexion et de proposition et permet d’aboutir à la version 3.1 de Syslat, dont le manuel de référence est publié dans les Lattara en 1997. Dans cette nouvelle publication, les auteurs font part des évolutions et des modifications diverses apportées au logiciel et la mise en place d’un outil de normalisation de l’enregistrement et de la gestion des données. De plus, la notion de « Système d’Information Archéologique » est introduite est définie pour la première fois.

Interface d’accueil du logiciel Syslat 3.1 (courant des années 1990)

Dans les années 2000, les développements de l’informatique impliquent des changements techniques et les adaptations apportées au logiciel entraînent la naissance d’une nouvelle version, Syslat X. Le logiciel est modifié à cette occasion, d’abord dans sa présentation puis par une amélioration du fonctionnement des fichiers et des principaux outils associés. Le logiciel fait également l’objet, à cette période, d’un dépôt auprès de l’Agence pour la Protection des Programmes.

Interface d’accueil du logiciel Syslat X (années 2000)

Le programme connaît par la suite diverses évolutions qui mènent à l’élaboration, à la fin des années 2000, du logiciel Syslat-Terminal. Dans sa configuration actuelle, Syslat-Terminal est singularisé par ses aspects multi-serveur (gestion depuis un serveur distant ou sur un serveur local), multi-plateforme (fonctionnement sur Macintosh et PC), « web ready » (consultation des informations saisies sur internet) et international (Français, Anglais, Italien et Espagnol). Le logiciel connaît aujourd’hui une large diffusion, en France comme à l’étranger, et est utilisé sur des fouilles programmées comme préventives.

Interface d’accueil du logiciel Syslat-Terminal (version 4) (fin des années 2000)

Une histoire technique

En tant qu’outil informatique, Syslat a également une histoire technique. Depuis sa création, les évolutions de l’informatique ont impliqué un travail régulier de développement et d’actualisation du système, marqué par plusieurs changements de supports de programmation et de versions de logiciel.

Les outils élaborés au début des années 1980 ont d’abord été mis au point sur une configuration Apple 2, à l’aide du logiciel Microbase (développé par le Laboratoire d’Informatique pour les Sciences Humaines du CNRS à Marseille). Rapidement, une migration est opérée sur Macintosh (Mac Plus puis Mac II) ; les outils sont successivement développés sur les logiciels File de Microsoft puis FileMaker de Claris, filiale d’Apple. Le logiciel lattois se présente alors sous la forme de fichiers indépendants constitués par objets (comptage, inventaire…).

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, alors que le logiciel est baptisé du nom de Syslat, une première évolution marquante est la création d’une interface de liaison. Celle-ci, réalisée sur Hypercard™, environnement de programmation développé par Apple, permet d’associer les fichiers indépendants. Dans le courant des années 1990, les développements et la puissance du programme Hypercard™ font germer l’idée de créer une véritable Système d’Information Archéologique et aboutissent à l’élaboration de Syslat 3.1. Dans cette optique, Syslat est marqué par d’importants changements :

  • dans un premier temps, la récupération du pilote du système, l’homogénéisation des formes de fichiers sous forme de piles, la normalisation de l’affichage des piles, l’intégration de divers outils aux fichiers (outils de gestion, de recherche, d’exploitation et de documentation),
  • dans un second temps, la création de palettes flottantes et l’établissement de « ponts » entre les fichiers et outils issus de Syslat et les logiciels de bureautique classiques.

Dans les années 2000, la disparition d’Hypercard™ et l’apparition du système d’exploitation 10 sur Macintosh (OS X) entraîne de profonds changements et mènent à terme à la création de Syslat X ; Syslat 3.1 est par conséquent réécrit dans un nouveau format. La nouvelle version est réalisée sur le logiciel de programmation Revolution™, héritier d’Hypercard™. Cette version offre dès lors de meilleures possibilités de portage sur différentes plateformes dont Windows sur PC et OS sur Macintosh.

Actuellement, Syslat-Terminal est implanté sur LiveCode™ et est désormais conçu pour gérer des bases de données SQL sous MySQL™. L’objectif de cette dernière version est de mener le logiciel vers un véritable SIA et notamment d’établir une articulation étroite entre deux logiciels complémentaires que sont Syslat-Terminal et les SIG.

Le programme Syslat en quelques dates…

1983 : ouverture de la fouille programmée de Lattes à la demande du Ministère de la Culture

1984 : lancement du programme de recherche sur les protocoles d’enregistrement des données de terrain, piloté par Michel Py

1986 : publication de la 1ère version des méthodes d’enregistrement lattoises (Bats et al. 1986)

1988-90 : naissance du logiciel baptisé Syslat et développement du système d’exploitation dans le cadre l’ATP lancée par le Ministère de la Culture

1991 : publication du Lattara 4 (Py et al. 1991)

1997 : développement de Syslat 3.1 implanté sur le programme Hypercard™ et publication du Lattara 10 (Py 1997)

2003-2006 : développement de Syslat X implanté sur le programme Revolution™

2008-2009 : développement du logiciel sous sa forme actuelle, Syslat-Terminal, implanté sur le programme LiveCode™

2012-2019 : programme SIA – Syslat Horizon 2020 du labex Archimède (UPV-Montpellier 3, UMR 5140 – ASM)

Repères bibliographiques :

BATS Michel, BESSAC Jean-Claude, CHABAL Lucie, DE CHAZELLES Claire-Anne, FICHES Jean-Luc, POUPET Pierre, PY Michel, Enregistrer la fouille archéologique. Le système élaboré pour le site de Lattes (Hérault), Lattes, Éditions de l’Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1986, 56 p. (Série Lattes).

PY Michel, LÓPEZ Joan B., BUXÓ I CAPDEVILA Ramon, ADROHER AUROUX Andrès, GARCIA Dominique, WEIDELT Peter, FEUGÈRE Michel, Système d’enregistrement, de gestion et d’exploitation de la documentation issue des fouilles de Lattes, Lattara, 4, 1991, 224 p.

PY Michel, Syslat 3.1. Système d’Information Archéologique. Manuel de Référence, Lattara, 10, 1997, 384 p.