Syslat comme système d’enregistrement sur la fouille de Rirha au Maroc

L’un des objectifs du programme archéologique de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) pour l’année 2019 était la refonte du sytème d’enregistrement des données de terrain et de post-fouille. L’équipe de direction de la fouille a choisi d’utiliser Syslat car, en plus des possibilités d’uniformisation des données et des outils de traitements, ce système permet un travail collaboratif sur la base de données ; un aspect important en raison des différents intervenants amenés à collaborer au projet. De cette façon, l’hébergement des données sur Huma-Num permet un accès permanent à la base aussi bien pour les membres marocains que français de l’équipe, facilitant les travaux de post-fouille et d’étude.

La mise en place du système à Rirha couvre donc deux besoins principaux. D’une part, il est nécessaire d’adapter le système d’enregistrement déjà utilisé sur la fouille à Syslat, puis d’accompagner et former l’équipe à l’utilisation de ce nouvel outil. D’autre part, un travail d’intégration à Syslat des données issues des missions précédentes est essentiel afin de normaliser les enregistrements antérieurs et d’en faciliter l’exploitation dans le cadre des projets de publication en cours. Ce travail est d’autant plus conséquent que ce passif concerne 14 années de fouilles.

L’intégration des données des missions précédentes

Ce travail, débuté en mars 2019, s’est d’abord centré sur la reprise des enregistrements afin d’évaluer les adaptations nécessaires à une intégration optimisée dans Syslat. En effet, bien que Syslat-Terminal offre des outils qui facilite le versement de données dans le système, ce travail est parfois nécessaire afin, par exemple,  de trouver les meilleures équivalences de rubriques entre le système précédent et Syslat. Cette étape est d’autant plus importante à Rirha puisque les inventaires — pour la plupart sur tableurs — couvrent toutes les missions entre 2005 et 2018 et qu’une partie de cette masse de données a été saisie manuellement.

Module “importation” de Syslat-Terminal qui permet d’importer des données depuis un tableur

L’intégration complète des fiches US  a essentiellement nécessité de renommer des rubriques (par exemple “secteur” au lieu d'”espace”). Cependant, il a parfois été utile de scinder une rubrique de l’inventaire afin d’alimenter plusieurs champs dans Syslat (la rubrique “description” de l’inventaire a ainsi pu alimenter les champs “type d’US” et “description” dans Syslat). Ainsi, les inventaires des US ont pu être intégrés très rapidement grâce au module d’importation de Syslat-Terminal.

Les inventaires de mobiliers, quant à eux, ont dû faire l’objet de plusieurs traitements préalables afin de présenter les données dans un tableur exploitable par le module d’importation. Une partie de ces traitements a été effectué manuellement, mais l’essentiel a pu être automatisé grâce à la création de deux programmes informatiques simples. Le premier a permis d’aider à l’adaptation des tableaux d’inventaire général du mobilier pour une intégration au fichier MOBI et le second pour convertir le catalogue des monnaies. Les inventaires de mobiliers d’origine ayant une forme trop éloignée des fiches spécifiques dans Syslat (CER, TYPOCER, OBJ), il a été décidé de les verser dans la fiche MOBI après avoir effectué un travail conséquent d’homogénéisation des inventaires et surtout un regroupement des mobiliers par numéro d’US. Enfin, le catalogue des monnaies a pu être ajouté à la base dans le fichier dédié à l’étude des monnaies (MON), après avoir converti les fichiers de textes en tableurs.

adaptation de l’inventaire du mobilier à la fiche MOBI

adaption du catalogue des monnaies à MON

Au final, ce sont plus de 2000 fiches US, 307 fiches FAIT, 905 fiches MOBI et 151 fiches MON qui ont été intégrées à Syslat en quelques semaines. Certaines données sont encore à compléter, notamment une partie de celles liées à la chronologie des US. Cependant, l’essentiel des données issues des 14 dernières campagnes de fouille à Rirha est accessible dans Syslat, données qui pourront être exploitées et accompagner ainsi les projets de publications en cours.

Mise en place sur le terrain

La campagne de 2019 qui s’est déroulée en juin a vu la mise en place du système pendant la fouille afin de permettre l’enregistrement directement dans Syslat des données, liées au terrain et aux mobiliers, acquises cette année. En parallèle, des formations ont pu être proposées à l’équipe de fouille, en plus d’un accompagnement technique et méthodologique.

En raison d’un accès limité à internet, il a été décidé de mettre en place Syslat en réseau local. La base Syslat de Rirha a été installée sur un ordinateur équipé d’un serveur mySQL auquel les autres postes de la mission ont pu se connecter par l’intermédiaire d’un réseau wifi. De cette façon, chaque membre de l’équipe de fouille pouvait accéder à la base depuis son ordinateur et travailler sur Syslat. Des copies de sauvegardes de la base ont été effectuées régulièrement grâce aux outils intégrés dans Syslat-Terminal. À l’issue de la campagne, toutes les données ont été synchronisées avec le serveur Huma-Num afin que les membres de l’équipe puissent continuer à travailler sur une base commune.

Présentation de Syslat-Terminal à l’équipe de fouille

La mise en place de ce système pendant la fouille a permis de disposer d’enregistrements de terrain prêts à être exploités en vue de la réalisation du rapport de fouille. En outre, elle a aussi été l’occasion d’alimenter les fiches d’études du mobilier céramique (CER et TYPOCER) afin de faciliter la production d’inventaires et l’exploitation en vue des prochaines études, mais également d’alimenter une réflexion en cours sur les nomenclatures et la classification des céramiques. Enfin, l’enregistrement dans Syslat du mobilier et des données de terrain, pendant la fouille, a pu faciliter les échanges quant à la datation des contextes et à la mise en phase des niveaux fouillés pendant la campagne.

Enfin, cette mise en place s’est accompagnée de formations à Syslat à destination des membres de l’équipe, mais également des étudiants présents sur la fouille. Ainsi, une formation aux méthodes d’enregistrements dans Syslat a pu être proposée aux étudiants et des sessions de travail sur des modules plus spécifiques ont été organisées pour aider leur prise en main par les membres concernés de l’équipe.

Bilan

À l’issue de la campagne de 2019 et après quelques mois de post-fouille, le passage à Syslat est bien engagé. La plupart des données des campagnes précédentes a été rassemblée dans Syslat permettant leur archivage et surtout facilitant leur exploitation dans le cadre des études et publication en cours et à venir. L’utilisation du logiciel Syslat-Terminal pour l’enregistrement des nouvelles données est également positive, mais la mise en application de Syslat à Rirha pourra être complétée progressivement en fonction des besoins de l’équipe. En ce sens, des discutions ont été engagées sur les différents outils liés à la datation.

Rirha, ville antique et médiévale dans la plaine du Gharb

Le programme de recherche franco-marocain de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) est dirigé par E. Rocca, Ch. Carrato, M. Kbiri Alaoui et A. Ichkhakh et soutenu par l’INSAP (Rabat), la Casa de Velázquez (Madrid), le LabEx Archimede (Université Paul Valéry, ASM-UMR 5140, Montpellier, 2017-2019), le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français (2018-2021), la Direction du patrimoine Culturel du Maroc (Ministère de la Culture marocain) et le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France à Rabat.

Pour en savoir plus :


Vous aimerez aussi...